AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fiche de Hajime, pégase manipulateur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hajime
Administratrice
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 08/05/2014
Age : 25

MessageSujet: Fiche de Hajime, pégase manipulateur.   Dim 27 Juil - 16:46

Nom :
Non divulgué.


Prénom :
Hajime (Se prononce Hajimé)


Âge :
Seize ans en âge humain.


Sexe :
Mâle.


Espèce :
Pégase


Cutie mark :
Une batte de baseball violette.


Description Physique :
Hajime est un pégase blanc immaculé avec la crinière et la queue de couleur bleu. Ses yeux sont verts émeraude et sa fourrure blanche est un peu plus longue que celle des autres poneys. Sa Cutie Mark représente une batte de baseball violette. Niveau corpulence, Hajime est un pégase assez mince, sans pour autant être maigre. Il est de taille normale pour son âge. Sa grosse différence vis à vis des autres pégases se situe au niveau de ses ailes. En effet, les ailes de Hajime sont anormalement grandes, elles font la même taille que celles de la princesse Luna. Cependant, ses ailes ne lui permettent pas spécialement d'être plus rapide, c'est juste qu'il est né comme ça, tout comme Bulk Biceps est né avec des ailes minuscules.
Hajime a le regard plutôt doux, il inspire l'innocence et la fragilité. A première vue, on ne pourrait pas deviner ce qu'il est vraiment, il a vraiment l'air gentil et fragile, un peu timide. Du moins, c'est l'impression qu'on a en le regardant.
Niveau vêtements, Hajime a souvent un sweat à capuche beige sur lui et se promène avec une batte de baseball violette.


Lieu d’origine:
Canterlot


Lieu de vie :
Un peu partout. Actuellement Ponyville.


Caractère :
Niveau caractère, Hajime est considéré comme instable, cependant, il est très bon acteur. Il arrive à faire gober n’importe quoi à n’importe qui, il fait souvent ça pour se sortir du pétrin et avoir l’air innocent.
Au fond de lui, c’est quelqu’un de relativement intelligent, sournois et psychopathe. Il ne donne jamais sa confiance à qui que ce soit, il se sert activement des autres mais c'est également quelqu'un de très lâche et de complètement terrorisé par le monde qui l'entoure ce qui le rend d'autant plus dangereux étant donné qu'il désire éliminer tout ce qui lui fait peur pour vivre dans un monde ou il se sentirait complètement en sécurité.
Hajime n'a pas d'amis, c'est quelqu'un de très solitaire, ceux avec qui il fait semblant de l'être ne sont que des pions sans valeur à ses yeux et il n'aurait aucune hésitation à les exécuter et/ou les abandonner comme de vieux bouts de chiffon. Il n'aime personne, tout ce qu'il affectionne c'est de tuer des gens qu'il juge inutile.
Niveau goûts, Hajime adore lire le journal. Ce qu'il apprécie dans cette passion c'est de lire quand il y a des catastrophes, des poneys qui meurent pour X ou Y raison. Il aime beaucoup les pâtisseries, étant facilement tenté par quelque chose de sucré, par contre il n'aime pas les aliments amers.
Il déteste les SDF, il les considère comme des déchets de la société qui ne méritent même pas d'exister et leur fait activement la chasse la nuit. Il déteste également les licornes, en souvenir de sa mère.


Histoire :
Hajime était un jeune pégase blanc avec des yeux verts, une crinière bleue, pas de Cutie Mark, rien d’exceptionnel. Sa mère était une star de la mode très connue, une magnifique licorne rose avec une crinière dont la couleur rappelait un ciel sans nuages. C’était d’ailleurs d’elle que Hajime tenait sa crinière ainsi que ses yeux verts. Son père était un pégase blanc avec une crinière couleur cuivre et il travaillait dans un grand journal d’Equestria. De base, tout le monde aurait envié le jeune Hajime pour sa situation familiale, ses parents étaient appréciés, connus et ils semblaient heureux. Cependant, les apparences sont trompeuses et malgré ce que les gens disaient de ses parents la situation d’Hajime était tout sauf agréable.

Le jeune pégase rentrait donc de son école, à Canterlot. Plus il approchait de sa maison, plus son pas se faisait lent et pénible. Sa respiration ainsi que son rythme cardiaque s’accéléraient, son petit corps blanc tremblait et ses ailes se plaquaient plus fort sur son dos. Le poulain était parcouru par la peur. Ce soir, ses parents seraient-ils de bonne humeur ? Bien sûr que non. Ils ne l’étaient jamais. Devant les journalistes, devant leurs amis ou même devant les gens qu’ils ne connaissaient pas ils étaient sans cesse souriants, heureux. Mais Hajime savait que ce n’était qu’une pure comédie, de l’hypocrisie. Ses parents étaient de purs hypocrites et tous les poneys tombaient dans leur jeu. Si seulement ils savaient…

Le poulain poussa doucement la porte et rentra dans la maison. Il tenta de rentrer sans faire de bruit mais ses sabots, en touchant le sol, n’étaient pas très discrets. Cependant, la maison semblait vide. Sa mère devait être absente et son père était encore au travail. Hajime eut alors vite fait de se rendre dans la cuisine pour prendre quelque chose à manger, au cas où ses parents décideraient de le priver de repas en inventant un prétexte bidon, et fila dans sa chambre. Ce fut seulement à ce moment qu’il put se calmer, être enfin paisible et se détendre.
Cependant, peu de temps après, les oreilles du pégase se dressèrent, son corps se remit à trembler. La porte d’entrée s’était ouverte, il l’avait entendue et à présent, il pouvait également entendre des bruits de sabots ainsi que d’un sac qu’on pose au sol. Sa mère venait de rentrer des courses. C’était étonnant de voir qu’une jument aussi connue aille faire ses courses d’elle-même comme n’importe quel poney mais tout ceci n’était qu’hypocrisie et tromperie. Elle faisait ça pour gagner la sympathie des poneys et entretenir sa réputation. Sa plus grande peur était d’être un jour oubliée de tous, Hajime le savait.

- Je sais que tu es là. Descends immédiatement et va ranger les courses !

Le poney frémit en entendant la voix de sa mère et obéit immédiatement. Il descendit doucement les escaliers et ramassa avec sa bouche le lourd sac rempli de victuailles pendant que sa mère allait prendre un bain. C’était lourd mais il préférait obéir plutôt que de subir son courroux. Il rangea donc tout parfaitement bien avant de s’asseoir dans un coin et d’attendre que sa mère lui donne l’autorisation de retourner dans sa chambre. Maintenant qu’elle était là et qu’elle savait qu’il était rentré de l’école, il fallait tout faire pour ne pas la contrarier sinon, peut-être que cette fois, elle parviendrait à le tuer.

La magnifique jument revint de la salle de bain. Elle sentait bon, elle était resplendissante mais Hajime la trouvait effrayante et son odeur le révulsait. Il la regarda s’approcher de lui et le regarder comme si elle avait en face d’elle un horrible insecte qu’elle rêvait d’écraser sous ses sabots.

- Photo Finish a remarqué la marque que j’ai eue à cause de toi hier soir.

Hajime garda le silence, se tassant sur lui-même. Ce n’était pas de sa faute. La veille, elle l’avait tellement battu qu’il avait tenté de fuir et lui avait malencontreusement donné un coup de sabot en voulant regagner sa chambre.
Le pégase entendit le bruit significatif de la magie qui s’active et se sentit soulevé du sol, se retrouvant à la hauteur du visage de sa mère. Il n’osait pas la regarder dans les yeux et se contentait de fixer le sol, son petit corps parcouru de tremblements. D’un coup, il fut envoyé contre le mur le plus proche et gémit de douleur. Il n’eut pas le temps de se remettre du choc qu’il fut à nouveau projeté contre ce même mur, encore et encore. Il ne comptait même plus le nombre de fois mais son dos lui faisait horriblement mal. Il savait que supplier et pleurer ne servait à rien. Il devait simplement subir et attendre que ça passe. Plus il pleurait, plus elle lui ferait mal.
Au bout d’un moment, la magie qui le maintenait en l’air se dissipa et Hajime tomba avec force au sol.

- Quel gamin inutile tu fais, tu n’es même pas capable de voler comme les autres pégases, tu es une honte, un déchet, tu ferais mieux de crever tout de suite.

Hajime se confondit en excuses. Cependant, sa mère se trompait. Il volait et très bien même. Mais il l’avait toujours caché, voulant faire croire à ses parents qu’il ne pouvait pas utiliser ses ailes afin de mieux les surprendre le jour où il se vengerait.
Sans demander son reste la ponette s’en alla, partant se refaire une beauté. Le poulain s’en alla dans sa chambre rapidement, sans même toucher à son repas.


Bien que quelques années soient passées, c’était toujours la même chose. Plusieurs fois par semaines. Mais là, tout allait changer pour le poulain.

C’était un jour ou son père était à la maison, Hajime avait encore été battu la veille. Cependant, Hajime était un peu plus grand, toujours sans Cutie Mark, il encaissait mieux les coups, ça lui faisait moins mal, même si c’était toujours douloureux.
Il rentra dans le bureau de son père sans frapper. Il voulait lui parler de tout ça, pensant que son père ferait quelque chose pour que ça s’arrête. Ce dernier ne lui avait jamais fait de mal. Il n’était quasiment jamais à la maison. Il rentrait tard le soir, revenait tôt le matin.

- Qu’est-ce que tu veux Hajime ?

Le poulain blanc lui expliqua tout, tout ce qu’il avait subi depuis des années. Les coups, le fait d’être sans arrêt rabaissé, rejeté. Qu’il ne comprenait pas pourquoi les autres poulains étaient heureux de voir leurs parents alors que lui, quand sa mère rentrait des courses il avait toujours peur. Peur qu’elle revienne pour le tuer.
Son père l’écouta sans l’interrompre puis se leva, venant devant lui, mettre son aile autour de son petit corps encore tour endolori.

- Allons Hajime, ta mère t’aime, elle est gentille et bonne avec tout le monde. Elle ne ferait jamais une chose pareille.

Sa mère l’aimait ? Hajime était surpris. Elle avait une étrange façon de le montrer. Il regarda son père, les larmes aux yeux mais il se figea instantanément. Son père avait un grand sourire, un regard inquiétant. Il retira son aile et d’un coup envoya son sabot percuter son flanc. Hajime décolla du sol et s’écrasa un peu plus loin. Pourquoi ? Pourquoi son père s’y mettait-il aussi ? Qu’avait-il fait de mal ? Il avait toujours été un gentil poulain, il n’avait jamais causé le moindre souci ! Il n’avait jamais rapporté à son école la façon dont il était traité à la maison ! Tout ça parce que ces deux poneys étaient ses parents. Parce qu’il AIMAIT ses parents même s’il avait peur.
Le bruit des sabots qui s’approchaient ramena Hajime à la réalité. Il était un peu sonné et complètement endolori. Son père avait beaucoup plus de force que sa mère mais il devait partir d’ici. Il devait s’enfuir. Il tenta de se relever mais il sentit la patte de son père se poser sur son flanc meurtri. Il sentit que son père le mordait à la base de la queue, là où il n’y avait pas que du crin. Il se fit soulever et vit alors, la tête en bas, à plusieurs reprises, le sabot avant droit de son père venir donner des coups comme s’il n’était qu’une vulgaire piñata. Cependant, son père prenait bien garde de ne pas toucher le visage, il fallait éviter que les marques se voient de trop. Sur le corps, cela pouvait être masqué par des vêtements mais pour la figure c’était autre chose.
Hajime était complètement sonné, la douleur était horrible et il avait du mal à rester conscient. Il entendait le choc sur son corps mais ne sentait même plus les coups. Il ne sentait qu’une seule et même douleur parcourant tout son corps.
Il fut finalement relâché et laissé là où il était alors que son père se remettait derrière son bureau pour s’occuper de son travail sans même prêter attention à lui.

Le soir venu, sa mère rentra, avec des courses. Mais elle ne demanda pas au poulain de les ranger. Elle salua son mari qui venait l’accueillir et lui demanda ou le poulain se trouvait.
Hajime ne bougea pas, l’entendant arriver. Il n’avait plus la force de lutter. Il espérait que cette fois elle parviendrait à le tuer.

- Tout est de ta faute ! J’ai été remplacée ! Cette…Fluttershy…a pris ma place de numéro une ! Elle est la chouchoute de Photo Finish ! Crache le morceau ! C’est TOI qui a été dire quelque chose à Photo Finish pour qu’elle s’intéresse à une autre jument ! A cause de toi et de cette pute de Fluttershy, ma carrière est finie ! Tout le monde ne parle plus que d’elle ! Plus que de cette salope !

La ponette se rua sur le poulain et le frappa avec ses sabots. Trop enragée pour utiliser sa magie ou réfléchir. Elle se comportait comme un animal, le mordant parfois pour le secouer dans tous les sens, frappant à l’aveuglette avec ses pattes, sa queue ou des objets, hennissant avec rage.
Son père se précipita dans le bureau et força sa femme à reculer et à se calmer.

-Arrête ! Pense à ce que vont penser les gens si tu le tues ! Calme-toi. On va trouver une solution. Dès ce soir je vais faire rédiger un article sur cette Fluttershy, sa carrière s’arrêtera et ils reviendront tous vers toi.

Hajime entendit que son père s’approchait de lui mais ne remua pas un muscle, les yeux clos. Il sentit qu’il était touché à plusieurs endroits. Son père l’examinait.

- Tu l’a bien amoché mais il n’a rien de cassé. Il va garder des marques par contre sans doute pendant quelques temps. Je sais ! On a qu’à dire qu’il a été attaqué par un poney fou et que tu l’as héroïquement sauvé ! Je vois déjà le titre de l’article : Une mère met sa vie en jeu pour sauver son poulain ! Il faut que j’aille voir un de mes journalistes pour qu’il écrive l’article.

Les deux adultes partirent pour en discuter tranquillement. Hajime ouvrit alors les yeux.
Cette salope l’avait battu tellement fort. Il n’avait RIEN dit à personne. Elle l’avait fait saigner à divers endroits en le mordant mais n’avait même pas daigné l’achever. Non, à la place cette pute allait passer pour une mère aimante et héroïque. Il n’allait pas laisser ça passer, il n’en pouvait plus, il craquait.
Il se releva, animé par une rage sans nom qui envahissait tout son corps. Il n’avait plus mal, la haine surpassant toute douleur, toute peur.
Il entendit sa mère aller dans la salle de bain, sans doute pour nettoyer le sang sur sa fourrure et son père partir hors de la maison pour aller chercher son journaliste qui allait sans doute vouloir faire des photos de son petit corps meurtri. C’était l’occasion en or, celle qu’il attendait depuis des années.
Hajime descendit dans la cave, il savait quoi faire, quoi utiliser. Il avait souvent été puni dans cette cave parfois pendant plusieurs jours sans manger. Il savait donc que ce qu’il cherchait s’y trouvait.
Sans même allumer la lumière il descendit les escaliers et marcha jusqu’à un vieux carton. Contre le mur, à côté de ce carton se trouvait une batte en aluminium, violette et toute poussiéreuse. Durant son enfance, son père avait beaucoup joué au baseball. Maintenant c’était au tour de Hajime de jouer.
Hajime prit la batte dans sa gueule. C’était un peu lourd mais la rage prit le dessus. C’était cette arme là qu’il voulait. Celle-là et pas une autre. Il remonta doucement les marches et attendit dans le salon.
Sa mère revint quelques minutes après. Avant qu’elle n’ait eu le temps de réaliser ce qu’il se passait, Hajime fonça sur elle, déployant ses ailes pour pouvoir les utiliser pour sauter plus haut et bondit avant d’abattre la batte sur le visage et la corne de sa mère d’un violent mouvement de tête.
Le cri de douleur qu’elle poussa fit un drôle d’effet à Hajime. Il avait envie de l’entendre encore crier comme ça. Il regarda la moitié de la corne de la jument tomber au sol dans un bruit discret.
La jument partit alors au galop, se ruant contre la porte pour l’ouvrir dans un grand bruit. C’était la nuit, personne n’était dehors. Hajime la suivit au galop, excité comme un loup pourchassant un malheureux lapin. Il se sentait puissant, prédateur. Elle était plutôt lente, peu habituée à galoper, sonnée par le coup sur la tête et aveuglée par le sang qui coulait de sa tête. Il faisait néanmoins exprès de ne pas la rattraper mais sans se laisser distancer. Il attendait qu’elle quitte la ville. Pour l’emmener dans la direction qu’il voulait, il accélérait parfois en se mettant à sa droite ou à sa gauche pour qu’elle aille dans le sens opposé.
Une fois en forêt, Hajime se mit alors à sa hauteur et frappa un grand coup avec sa batte dans les pattes de la jument, l’envoyant au sol avec force. Elle tremblait de douleur, les pattes endolories par le choc et la chute alors que Hajime s’approchait d’elle en la regardant. Elle n’était plus qu’une proie. Une pitoyable et faible proie. Elle était condamnée. Il commença alors à la ruer de coups avec sa batte. Il lui écrasait parfois la tête avec force en utilisant les sabots de ses pattes avant. Il frappa un grand coup avec sa patte dans sa bouche pour lui casser plusieurs dents avant de lui briser chacune des pattes avec sa batte pour éviter qu’elle puisse se relever. Elle se mit à pleurer, à s’excuser et même à supplier pour sa vie. Les rôles étaient inversés mais cela ne fit que renforcer la rage du poulain. Il frappa à de multiples reprises au niveau de la tête, brisant le crâne et faisant voler la cervelle dans tous les sens. Même si sa mère était déjà morte, il continua pendant de longues minutes, devant extérioriser sa colère.
Il ne s’arrêta que lorsqu’il fur à bout de souffle. A force d’utiliser sa bouche pour manier la batte, il avait mal à la mâchoire mais ce n’était pas ça qui allait l’arrêter. Il avait encore une personne à tuer.

Hajime rentra chez lui. Son père n’était toujours pas revenu. Il se cacha alors dans un placard près de l’entrée avant d’attendre. Son corps tremblait mais ce n’était plus de la peur, c’était autre chose. Quelque chose d’agréable, de l’excitation, de l’adrénaline. Et cela augmenta quand il entendit des bruits de sabots.

- J’ai une bonne nouvelle ! Il m’a dit qu’il passerait demain faire des photos. Fous des bandages à Hajime pour faire croire que tu t’es occupée de lui. Il faut vraiment que tu aies l’air d’une mère aimante et attentionnée.

Hajime regarda par la petite ouverture du placard, son père avancer puis baisser la tête et examiner le morceau de corne au sol. C’était le moment. Hajime ouvrit en grand les deux portes, l’une d’elles heurtant le museau de son père et lui sauta dessus. Son père galopa hors de la maison et prit son envol, pensant être en sécurité dans les airs. Il s’immobilisa dans le ciel et éclata d’un rire nerveux en voyant son fils galoper et prendre de l’élan.

- C’est inutile ! Tu n’as jamais pu voler !

Il perdit son sourire en voyant son fils bondir et battre des ailes, atteignant rapidement la même altitude que lui. Il fit demi-tour et tenta de prendre la fuite en volant.
Hajime utilisa la même stratégie qu’avec sa mère. Il resta à bonne distance sans le rattraper ni se laisser distancer, allant rapidement à droite ou à gauche pour le faire aller où il voulait.
Son père avait passé sa vie à travailler plutôt qu’à s’entraîner à voler. Hajime, lui, n’avait eu que ça, que le vol pour pouvoir avoir un peu de joie de vivre, alors il était assez rapide pour son âge.
Une fois assez loin de la ville, Hajime rattrapa son père et donna un grand coup de batte sur l’aile fragile, la brisant net sous la violence du coup.
Son père chuta alors, rapidement, tentant dans la panique de se ralentir avec son autre aile mais c’était inutile. Il s’écrasa au sol sur le ventre, ses pattes sous lui heurtant le sol en premier, certaines se brisant sous le choc. Il était vraiment tombé de très haut.
Hajime atterrit brutalement en posant une de ses pattes avant à l’endroit où l’aile de son père avait été brisée. Mettant sa batte sous son aile, Hajime mordit l’aile meurtrie, la rongeant peu à peu avant de tirer un coup sec dessus pour l’arracher. Les cris de son père résonnèrent dans le silence de la nuit. Hajime se servit alors de ses dents pour lui arracher une oreille, lentement, la mâchonnant bien pour pouvoir ensuite l’arracher facilement.
Le poulain se sentait comme jamais il ne s’était senti. Il se rendait compte d’une chose. Il aimait ça. Ces cris, ce sang, ce désespoir lisible dans les yeux de ses victimes, tout cela lui plaisait plus que n’importe quoi d’autre. Il adorait cette sensation, ce sentiment d’excitation et de puissance.
Lui qui avait toujours été rejeté par ses parents, méprisé, battu pouvait enfin se venger. Mais il se rendit compte de quelque chose. Ce n’était pas entièrement de leur faute. C’était la société qui les avait forcés à agir comme ça avec lui. Il allait donc devoir se venger de tous ceux qui représentaient une menace à ses yeux.
Hajime éclata de rire, un rire fou. Il approcha son museau de l’oreille encore valide de son père pour lui murmurer ses derniers mots. Les derniers mots qu’il entendrait avant de mourir.

- Je t’aime, Papa, je vais te montrer mon amour tout comme maman me montrait le sien.

Hajime abattit alors sa batte d’un coup violent sur le crâne de son père, le réduisant en bouillie.

Hajime regarda son corps. Il était plein de sang, ce liquide rouge et poisseux qui collait son pelage d’un blanc immaculé. Sa rage étant passée, il pouvait à présent réfléchir un peu plus clairement.
Il fallait qu’il disparaisse, qu’il aille loin de tout ça et qu’il ne soit jamais retrouvé. Mais il y avait tant d’autres déchets qu’il allait devoir éliminer avec sa précieuse batte. Cette batte qui lui avait permis d’obtenir enfin sa vengeance. Il le savait, avec cet objet, il allait pouvoir être en sécurité tout en faisant du nettoyage dans la société. C’était son but pour l’avenir, sa destinée.
C’est alors que sa Cutie Mark apparut. Une magnifique batte violette.

Hajime devait partir. Il ne devait pas être vu. Il remit sa batte sous son aile et s’en alla tranquillement dans la forêt.

**********************************************

Des années étaient passées depuis le meurtre de deux poneys de Canterlot. Le coupable n’avait jamais été retrouvé mais il était activement recherché, on pensait qu’il avait enlevé le fils du couple ou pire encore, qu’il l’avait tué et dissimulé son corps. Comment un poney pouvait-il faire preuve de tant de cruauté ? C’était ce que tout le monde s’était demandé en découvrant la mort du couple et la disparition de leur poulain.

Il faisait nuit, tous les poneys étaient couchés alors que la lune de la princesse Luna éclairait faiblement la ville obscure. Dans les ruelles, un poney se promenait, portant une veste beige, la capuche sur la tête et une batte en aluminium violette sous l’aile. A Canterlot, tout le monde est riche en apparence, mais ce que les poneys ignorent, c’est que certains n’ont pas cette chance et sont à la rue. Ils n’apparaissent que la nuit en petit groupe ou isolés. Enfin, ils sont là le jour mais personne ne fait attention à eux, jamais.
Le poney à la veste beige sortit de l’ombre d’une ruelle sombre, s’approchant d’un de ces poneys oubliés de tous. La lune éclaira alors son pelage blanc et sa Cutie Mark en forme de batte.
C’était l’heure du nettoyage.



Famille :
Une mère licorne, Saya (décédée), un père pégase Bloody Snow (décédé), un frère, Snow Fall.


Particularité :
Ses ailes, comme indiqué dans sa description, sont plus grandes que celles des autres pégases. Mais cela ne lui permet pas d'aller spécialement plus vite.


Autre :
Nope
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skyspear
Administrateur
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 08/05/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Fiche de Hajime, pégase manipulateur.   Lun 28 Juil - 21:30

Ta fiche est excellente ! La présentation est impeccable et je ne parle même pas du contenu qui est très bien travaillé ! (même si je l'avait déjà lut, l'histoire est toujours aussi accrochante ! Je suis curieux de voir ce que les prochains rp vont donner !)

Ta fiche est donc validé ! Tu peut jouer "Hajime" ! Bon jeu à toi ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://error404ponynotfound.forumactif.org
 
Fiche de Hajime, pégase manipulateur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique de l'album avec le kit d'octobre de la Fée
» Comment faire une fiche de lecture
» Fiche de données de sécurité - Ethanol pur
» Pégase V3 TAMASHII O.C.E.
» Vos photos de Pégase V2 "Broken Version"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Error 404 Pony Not Found :: Once upon a time ... :: Papiers d'identité :: Papiers Officialisés-
Sauter vers: